Projet de film « C’était la forêt des pluies »

Le réalisateur Luc JACQUET (« la marche de l’Empereur », » le Renard et l’Enfant ») a pris en main la réalisation du film C’était la forêt des pluies. une mission exploratoire s’est déroulée à la fin de l’été en Guyane Française avec Francis Hallé et Luc Jacquet. Une fois revenus en métropole et après  quelques jours de recul, Luc Jacquet nous a fait part de ses impressions dans cette lettre que nous publions ici :

Chers amis,

Nous voici de retour après notre repérage de deux semaines en forêt Guyanaise sur les pas du botaniste  Francis Hallé. Cette immersion au cœur  de la forêt primaire a été un voyage fantastique loin de la rumeur du monde, du bruit des routes, du ronronnement du moteur des pirogues qui remontent les fleuves pour gagner l’autre rive, là où commence le règne des arbres.

 Là-bas, Francis nous a raconté un monde  fabuleux, cette autre « moitié » du  vivant qu’est le végétal et qui relègue ici  l’animal au rang d’agité inconséquent. Au pied des « immobiles », ces êtres de sèves, de branches et de feuilles  qui nous dominaient de leur soixante mètres  et de leur vie potentiellement infinie, j’ai eu le sentiment d’être un invité de passage. La « philosophie » d’existence qui prévaut dans  cette forêt est si loin de ce tout ce qui nous meut  qu’elle fini par nous saisir et nous forcer à nous demander qui nous sommes.

 Francis à chaque pas s’est fait l’interprète d’un monde que nous n’avions jamais vu, bien plus complexe que je ne pouvais l’imaginer, bien moins hostile que l’on veut bien nous le raconter, et surtout  bien plus mobile et bien plus  bavard que ne le laisse croire ces grands  troncs érigés. Notre perception du  temps ici n’est plus valide. Nous sommes  là dans la pépinière du vivant, dans l’antichambre de l’évolution, dans le sein même de ce que ce mot rabattu  de biodiversité tente de signifier.

 Nous en avons presque oublié que pas si loin de là, vers le Brésil, le Surinam,  l’Equateur  …  cet univers en soi  disparaissait à vue d’œil. Ceci me rend doublement  impatient d’embarquer tout le monde dans l’aventure d’un grand film.

 Merci à tous ceux qui ont rendu ce voyage possible, on se retrouve bientôt pour envisager la suite, peut être assez vite  lors d’un voyage avec Francis et  le radeau des cimes sur la canopée des forêts du Laos au printemps prochain.

 A très bientôt,

Luc

de gauche à droite : Luc Jacquet, Francis Hallé, François Royet (Guyane Française, août 2010)

© Jake Bryant (Wild Touch)

Vous   pouvez  consulter la rubrique « Déforestation » dans laquelle est proposé un lien vers le film « GREEN » de Patrick ROUXEL qui raconte l’état actuel de la forêt Indonésienne.

Le rapport de la mission exploratoire faite au LAOS par Francis HALLE (mars – avril 2010) est consultable au chapitre « Mission en cours »

POURQUOI REALISER UN FILM SUR LES FORÊTS PRIMAIRES DES TROPIQUES

Ce film a pour ambition de dévoiler au grand public la grande majesté et l’extraordinaire beauté de ces forêts qui sont en train de disparaître.

Dans quelques années, ces forêts, témoins de l’origine et de la puissance de la vie, auront disparu, et avec elles leur biodiversité rare et leur extrême beauté.

Francis Hallé nous parle du monde merveilleux des arbres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :